COVID-19 : Non le variant britannique n’est pas plus virulent