DÉMENCE et COVID : Plus de délire mais pas plus de décès